De large en croix (4/8/2020)

Il ouvrit un antr’ciel en écriant des maux. Puis, d’un phrasé pieux, il engloutit l’amer bleu.

Continuer à lire

A l’impatience des rois (27/7/2020)

Rien ne s’inscrit, sans trace, sur le coin de mon sourire! Je me regarde et je cède à l’envie de me débarbouiller comme poupée de chairs aux fards « d’enfance volée ». Mais, dans mes yeux dansent d’indécentes confidences qui derrière un visuel, spoilé, effrite les vents d’une vie.  

Continuer à lire

26 juillet 1943… (26/7/2020)

Oh! Papa… J’ai toujours devant les yeux ton sourire et tes taches brunes qui me parlent d’amour. Papa! Je ne sais, toujours pas, retenir mes larmes quand mon émotion fleurit ton souvenir… Oh! Papa…      

Continuer à lire

Peace and love addict (26/7/2020)

  A ce feu que tu couves dans tes hautes herbes au pas sage que tu ne sauras jamais aux désillusions tiennes à nos souffles nos cris tus à nous fragiles et forts sur les retors de nos vies embrumées par nos servitudes à préférer le flou ravageur des grands fonds

Continuer à lire

Maurice Denuzière – L’amour flou

Le meilleur moment du désir ou de l’amour, si tu préfères, ce n’est pas quand on monte l’escalier comme l’a prétendu Clemenceau – quand on monte l’escalier, tout est déjà décidé, programmé comme on dit aujourd’hui – non, le meilleur moment, c’est celui où la femme-gibier – le divin fauve – émerge des fourrés du […]

Continuer à lire

Et hop! (25/7/2020)

Aujourd’hui, jour de délivrance festive, au chaud, loin, des laideurs humaines, je vais pouvoir me caler en quelconque et revêtir toutes ces oeillères salutaires qui d’une fuite en apesanteur détache.   M gît sans dès aux tréfonds d’un livre qui se referme.   Bienvenue, aux nouveaux horizons qui vont s’ouvrir!  

Continuer à lire

Petit bouchon (24/7/2020)

Ça y est! Mon ciel s’accroche fier aux roches grises du manque comme coquille bleue qui ripe et s’étire aux douleurs d’ici bas et dans mon sable lié, tous les océans d’mon monde grondent.   Lasse, la tristesse écumée s’envole lover des jeux thèmes prisons figés à des sens clandestins voués aux pas mortels de libertés pansées, […]

Continuer à lire

Asile des rois (23/7/2020)

Viens, licencieux, disposer de cet étrange étrangère qui fulmine fugace en parchemin rose, peau de vélin, sur des trêves où les revers se fardent de caprices.   Viens pleurer, rire, jouir, à reculons, en diapason, en fragment d’étoile nichée sur le galbe d’une lèvre qui frémit, résonne, et s’abandonne au tempo lent.   Viens sans […]

Continuer à lire

Gène de padawan (22/7/2020)

Lambeaux de chairs en dérive sur ourlets gonflés de désir, j’t’veux, ici bas en dilettante, sur des rives bien spécifiques donne-moi chaud à l’âme, au corps, que je te pulse en mâle dans un univers ou l’hyprocrisie règne en reine affamée.   Entre mes cuisses, accroché à ma hanche ronde, tu vis!  

Continuer à lire

Ma fille, il t’aime! (22/7/2020)

Ne t’arrête pas ma fille! Ne laisse pas la douleur salir l’odeur de sa peau.   Il est parti vivre sa vie en ayant au creux d’lui une part de toi vivante.   Ne t’arrête pas ma fille! Tu le sais, dans son antre tanguent les « Je » hardis.        

Continuer à lire

Citation Michel-Ange

« J’ai vu un ange dans le marbre et j’ai seulement ciselé pour le libérer » – Michel-Ange

Continuer à lire

Libérée, délivrée… (20/7/2020)

Mon Amour, Garde-moi au creux de toi comme un mauvais songe, une danse maudite d’Aphrodite.   Mon Amour, Je crache le poing délié sur nos sols fertiles et l’E-vraie en croquant des feuilles d’Olivier.   Mon Amour, Sous nos miroirs noirs partagés en croix de bois d’enfers, je ne suis jamais bien loin…    

Continuer à lire

Ode frissonnante (19/7/2020)

Nous sommes vivants! Te dis-je, suspendue à un fil long. Fripon!   Nous sommes vivants! Et tous tes mots crayonnent nos chants! Tu entends?   Ça tambourine là! Oui! Là!   Dans cette cage Tora Sid où les vents s’estompent en contrebalançant la folie des rythmes.   Tu entends? Dis! Tu entends…   Entre tes doigts glissent, […]

Continuer à lire

Vie sans « compte » (18/7/2020)

Je pourrais vous dire ou vous conter à fleur de vie, d’envie, que bien souvent j’ai hurlé ou murmuré « baise-moi! ».   Que le souffle coupé j’ai aimé, haï, plus que de raisons des cieux décharnés, des idéaux falsifiés… Je pourrais vous le dire et même sûrement vous le conter.   Mais nue, aux lueurs claires de […]

Continuer à lire

Besoin de personne (11/7/2020)

A cache-cache sous mes doigts, se joue un drôle d’accord éon. Mes billes rivées au tréfond, j’frisonne en électron libre.  

Continuer à lire

Désaliénation (11/7/2020)

Il y a le vent, les orages et puis Toi.   Il y a des armes, des larmes et puis Toi.   Il y a ce « je n’sais quoi » qui perdure en tic-tac insoumis au titre de fourmis sans sombrero arrosé.   Il y a… Il y a, je ne sais plus…       […]

Continuer à lire

Rapt écrit par Salus

Ah ! ma merveille, ne m’en veuille Pas de mon pauvre esprit d’errant, Ni d’être en outre incohérent, Car ces pensers que je recueille Viennent à moi comme la feuille Va vers la feuille avec le vent.   Et comme ces grands tas d’automne Qu’un souffle forme et puis défait, Mon idée est folle, en effet ! […]

Continuer à lire

Batailles rangées… (11/7/2020)

A regards éteints sur un fil dénudé s’balance l’envie d’ouvrir l’espace.     https://lespoetes.net/forumvoirtopic.php?t=16972&page=1

Continuer à lire

Magna Mater (9/7/2020)

Oh toi! Puissance du ciel, chemin de mes trêves arc-boutées à mes cils, enveloppe-moi mortelle!   https://lespoetes.net/tableau.php?galerie=gda&idtableau=3788

Continuer à lire

Haut vol des anges ! (30/6/2020)

Dune d’elle en flocon d’papillons, T’iras toujours chercher le son planant Aux sources des « if it was possible…» Pour parer l’émoi d’ombres cristallines En embrasant les riens de ton souffle.

Continuer à lire

Citation Mireille Sorgue

« Car je veux être reine de mes soleils et de mes peines, tenir les clefs des cités que je hante et garder enclose dans ma parole la fugitive vie que je m’émerveille d’entendre battre à mes tempes. » Mireille Sorgue

Continuer à lire

Y a pas d’âge! (15/6/2020)

C’est étrange, il a bondi devant moi comme un rayon d’soleil printanier. Grand, mince, brun, cheveux attachés, yeux bleus, la cinquantaine bien tassée.   Il s’est posté, là, ou je n’attendais personne, en osant chasser les barrières masquées, il a balbutié quelques mots que je n’ai pas compris. Peu sage, j’ai cru entendre un « Vous-êtes jolie […]

Continuer à lire

Quand le vent te déporte, écrit par Mahéa

La nuit ta voix feinte, rit Sans détail, acculée à l’exil De l’insuffisant voyage Coupable, sombre Un pari vain de nuances A qui tu dois tout Tout le travail d’une vie D’un être se vidant Froissant tes songes, d’accrocs émiettant le pur, à n’être plus Qu’une confusion aspirée Sous silences cousus Un jour tu liras […]

Continuer à lire

Pêle-mêle (2/6/2020)

Sur le bout de ma langue tangue le goût des mots en des danses nuptiales qui sensualisent l’écrit en doux « si, il vit libre ».       Les plus beaux baisers de la littérature https://www.eyrolles.com/Litterature/Livre/l-art-du-baiser-9782070440870/    

Continuer à lire

Rose écrit par Tigrou

Horizon nacré d’un miroir aguicheur Teintées de ferventes volutes d’ardeur Aux ecchymoses d’une lave volcœur   Soleil pleine peau à l’orée d’une délicate hypnose Ma chair nue chauffée de charmantes névroses Aux morsures adoucies d’une rêverie insondable Asséchée en lourde fièvre de silence indomptable   Le charme dessine au son mélodieux de la plume Froissée […]

Continuer à lire

Sur ma peau, (31/5/2020)

Là où les cieux se hissent en douceur édredon, j’irai! A pas d’géant ou de néant, le coeur en vague scélérate, j’irai! Et tant pis pour mon âme de vaurien, j’irai! Oui! J’irai… Caresser le temps, ses chants et ses fleurs d’épis.      

Continuer à lire

écrit par Baltazar Gracian

Les amis doivent être à l’examen du discernement, et à l’épreuve de la fortune. Ce n’est pas assez qu’ils aient le suffrage de la volonté, s’ils n’ont aussi celui de l’entendement. Quoique ce soit là le point le plus important de la vie, c’est celui où l’on apporte le moins de soin. Quelques-uns font leurs […]

Continuer à lire

Alain Bashung – Madame rêve

Auteurs: Pierre Grillet Compositeurs: Alain Bashung Editeurs: Universal Music Publishing, Francis Dreyfus Music Madame rêve d’atomiseurs Et de cylindres si longs Qu’ils sont les seuls Qui la remplissent de bonheur Madame rêve d’artifices De formes oblongues Et de totems qui la punissent Rêve d’archipels De vagues perpétuelles Sismiques et sensuelles D’un amour qui la flingue […]

Continuer à lire

Aux chemins du baiser… (24/5/2020)

A cette odeur de musc qui enivrait mes élans vers ta couche où nos mains arrêtaient le temps sous un arc-en-ciel falsifié. A ce goût sucré qui perlait de nos torses en friandises chues jusqu’aux vertiges de consommer d’irréversibles feux saints. A ces rives atteintes en apesanteur entre deux mondes ivres qui unissaient nos corps […]

Continuer à lire

A lune éteinte (22/5/2020)

Emportée par l’Aigue qui berce mes chants et mon sang d’vilaine, lasse, j’te désavouerai près de l’olivier fleuri.    

Continuer à lire

Citation Amin Maalouf

« Il y a des bras de femmes qui sont des lieux d’exil, et d’autres qui sont la terre natale. »  

Continuer à lire

Suis-je morte? (22/05/2020)

J’entends ton souffle, tes maux cachés jaillir, tes  » je me sens seul  » encodés sur boite vocale et j’ai mal d’inexistence.        

Continuer à lire

Au pas! (20/05/2020)

Poésie, poésie… Appelle-moi Cage dorée, Pause rempart, Union céleste Ou je ne sais quoi d’autre… Poésie, poésie… Je ne suis bien Qu’au flottant De mon antre Au chaud, au chaud, Dans mes démesures.

Continuer à lire

Badaboum ! Badaboum ! (19/5/2020)

Sans attendre, ni méprendre, sourire aux baies et aux beaux En enserrant son cœur d’ailes luisantes offertes au couchant D’un essentiel sans trace de vents agrippés aux roches asiles.

Continuer à lire

P’titbouchon ronchon: (19/5/2020)

« Les femmes-enfants sont les pires! » Disais-tu en griffant ton ciel d’acier plafonné aux mythes de faux hôtels…   Et aux creux de mes riens, en fille, en furie, enroulée à mes tsunamis je t’aimais sans conter ma misère…    

Continuer à lire

A l’ombre des doms (18/5/2020)

Elle et lui Iles refuges Ils sans soucis Détachés du temps Et du fleuve violent S’immortalisent géants Dans l’œil drapé D’un clic volé

Continuer à lire

 » A la colle » écrit par Salus

Le matin qu’habille L’odeur de la treille Dévoile la fille Avec qui je fraye : Je bouge mon bras Et ses cheveux gris Lèchent les blancs draps De taches de riz ; Son sourire éclate D’amour illicite, Sa beauté m’épate Qui toujours m’incite… Plus tard le soleil De son blond travail Sculptera, vermeil, Sous le fin chandail… […]

Continuer à lire

Sans ou 100 traces (16/5/2020)

Je voudrais répondre aussi haut que toi mon Cher Lau, mais je vois jaune et m’autocensure unité. J’ai les maux sombres dans mon coktail tord boyaux et le big mépris sociétal ambiant m’effraie…

Continuer à lire

Les mots menthe (12/5/2020)

Dans un vers glacé, glissez du laid chaud, du son martelé en touche Boileau.   Rajoutez un trait de vains angelots au miel frelaté puis ruschez très haut.   Par jeu, décorez en touche allegro de pomme zélée aux bleus démago.   Au final, trinquez au phrasé sans sceau, ni couleurs déviées au chant du […]

Continuer à lire

Du lard au cochon (8/5/2020)

L’insécurité est le drame de l’Homme. Pourtant dans l’infortune ou la torture tout est bon dans l’art rossé fait proie…     Expression du lard au cochon: L’expression date du XVIIIe siècle. Le lard étant de la graisse de cochon, cette expression désigne donc une hésitation entre deux choses très proches, et par extension, ce […]

Continuer à lire

Rien d’équestre (7/05/2020)

Dans la mousse, loin des confins et des arides, murmurons nos us sans farandoles grandiloquentes, ni laisses mortifères aux dogmes.   Respirer, respirer… Ivres de soies!    

Continuer à lire

Sans les socques écrit par Salus

Au seul rayon qu’un soleil pousse Entre deux orages, glissons- Nous promptement, puis comme en douce, Dans l’élan de nos déraisons, En évitant grêle et glaçons, Posons le pied nu dans la mousse. Enfonçons-y bien chaque orteil ; Laissons le flux nous mouler l’âme, Par ce froid aux douceurs pareil A la neige des pleurs […]

Continuer à lire

En plein vol, (5/5/2020)

Entraine-moi avec toi dans ces chants vrais qui effleurent les tout en infime et précieux bonheur à demeurer nu.   Entraimons-nous!

Continuer à lire

Au phébus des mots (5/5/2020)

Ces stries qui dévorent l’antre, en elfes de vie absolue, germent et quoiqu’elles adviennent s’offrent, sous lunes, dunes  runes, peu importe…   J’irai toujours courir, pieds nus, dans l’humus!

Continuer à lire

Elle, fragile! (2/5/2020)

Tu la snobes attachiante, tu souffles, bisques, puis souris à ses démons rois.   Tu l’abomines attachiante et d’un toi, en tout enjoué, tu « la lies » à tes fantasmes.   Tu l’appelles Attachiante, elle sourit puis intimidée accueille tes démons rois.    

Continuer à lire

Pêcheur de rêves écrit par Mahea et Lau….

Si le rêve m’égare A l’idée que le jour Serait couleur de suie… Débouche l’horizon Asperge-moi de bleu Le temps de nous aimer… Attache-moi le temps Jusqu’à l’ultime grain Pour écouler nos heures En offrande au silence… … D’un soupçon, d’une trace A nous pousser des ailes Aux courbures du soleil Affole-moi le Nord ! […]

Continuer à lire
12345...26

Palette poétique |
carabobolivar.unblog.fr |
La Coherence Incongrue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jesypoesy
| Leslivresdejandem
| Mescoupsdecoeurdeguimauve